Modèle de recours cnda

L`efficacité du système est compromise par de multiples et parfois duplicateurs entre différents acteurs du système d`asile, ainsi que par l`absence d`un système commun de triage pour la gestion des dossiers et d`une plate-forme technologique de partage de l`information. La planification effectuée à l`admission par l`IRCC et l`ASFC entraîne un taux élevé de réordonnancement par la CISR. Les délais serrés pour les audiences et les procédures formelles du modèle d`audition actuel compromettent l`efficacité et entravent les méthodes préalables à l`audition pour identifier les questions déterminantes afin de cibler le temps d`audition et de prise de décision. La productivité et l`efficacité décisionnelles sont sapées par des conseils et des soutiens insuffisants pour les décideurs. La formulation du problème en deux étapes ci-dessus suppose que la deuxième étape de données {displaystyle xi} peut être modélisée comme un vecteur aléatoire avec une distribution de probabilité connue (pas seulement incertaine). Cela serait justifié dans de nombreuses situations. Par exemple, la méthode {displaystyle xi} peut être une information dérivée des données historiques et la distribution ne change pas significativement au cours de la période de temps considérée. Dans de telles situations, on peut estimer de manière fiable la distribution de probabilité requise et l`optimisation en moyenne pourrait être justifiée par la Loi de grand nombre. Un autre exemple est que la méthode {displaystyle xi} peut être des réalisations d`un modèle de simulation dont les sorties sont stochastiques. La distribution empirique de l`échantillon pourrait être utilisée comme approximation de la distribution de sortie réelle mais inconnue.

Ci-dessous, ces éléments sont illustrés dans un modèle de productivité de l`échantillon pour la SPR est fourni à titre indicatif, en comparant la production réelle dans 2017 avec un système de triage alternatif (voir figure 18). Trois volets sont utilisés: les décisions sur papier (20% des cas), les entrevues courtes (50% des cas) et les cas complexes (30%). On a estimé que le temps nécessaire au décideur pour ces cours d`eau est de 2, 5 et 13 heures respectivement. L`utilisation de ces hypothèses pour le complément actuel de la SPR augmente de 15 000 à 19 000 finalisations (27%). Pour gérer un apport de près de 50 000 (31 000 décisions principales) comme cela s`est produit en 2017, le complément au décideur devrait être augmenté du 127 au 206 actuel. Il est clair que les hypothèses formulées sont cruciales pour déterminer la production du modèle. L`examen estime que ces hypothèses sont raisonnables. Cependant, ils devront être testés en pratique réelle, surveillés et adaptés au besoin. Prises ensemble, la disponibilité des décideurs reste un défi. Dans un modèle de système intégré, il existe un potentiel significatif pour développer une main-d`œuvre de protection plus large et plus souple. Sous la direction de l`Agence de protection des réfugiés, les décideurs d`asile de premier niveau, les officiers de l`ERAR et le personnel international de réinstallation formeraient un cadre d`agents de protection sous la gestion d`une seule organisation. Une voie de développement pourrait être établie pour les décideurs à différents cours d`eau/niveaux de complexité des cas, c.-à-d.

PM-4 pour les revues sur papier, PM-5 pour les entrevues courtes, PM-6 pour les cas complexes. Cela permettrait de recruter, de développer et de retenir des agents de protection hautement qualifiés, d`accroître la souplesse du personnel dans tout le système d`asile et de veiller à ce qu`il y ait suffisamment d`employés pour répondre à la charge de travail.